RENAUD, LE ROUGE ET LE NOIR

De 2000 à 2005, Rachel Kahn a produit une série documentaire consacrée aux légendes de la chanson française. On retrouve des personnalités comme Véronique Sanson (La douceur du danger, 2002), Julien Clerc (Julien en Clerc, 2003) ou encore France Gall (France Gall par France Gall, 2001). Chaque film nous permet de remonter les carrières de ces stars, de comprendre leur lien avec le peuple français à travers les décennies. Cependant, ces « biopics » ne se contentent pas de retracer le parcours de chacun mais adoptent plutôt un point de vue intimiste, au plus prés des individus, laissant aussi bien leurs places aux succès qu’aux fêlures. Des confessions aux souvenirs en passant par une somme d’archives exceptionnelles, on se rapproche presque de l’autoportrait, du monde intérieur de chaque artiste.

« Ce film est probablement le document le plus intéressant, le plus complet et le mieux documenté qu’on n’ait jamais réalisé sur ma petite vie et mes petites chansons. Il se termine par les évènements de l’année 2002 qui fut, selon les médias, celle de ma renaissance. Je regrette néanmoins d’évoquer cette époque et les trois-quatre années précédentes à travers la dépression, le chagrin d’amour, l’addiction au Pastaga et autres fléaux qui donnent à ces images un aspect, sinon négatif, toutefois un brin sombre, sans que le téléspectateur ne connaisse la suite de mes aventures : aujourd’hui à l’aube de l’année 2005, je suis un homme heureux, qui ne boit ni ne fume plus, et qui, comme j’y fais allusion dans ce film, a de nouveau rencontré l’amour. ».

Renaud.

Réalisé par Eric Guéret